90 LOGEMENTS FAMILIAUX
Bron

Sur le site de logements provisoires datant de 1960 et destinés aux rapatriés d’Algérie qui venaient d’être démolis, la mairie de Bron a décidé de construire des logements pour 90 familles.

L’ensemble est constitué de maisons individuelles et de petits immeubles collectifs. Chaque catégorie de construction reproduit les signes d’ordonnancement de l’autre catégorie, comme une projection d’éclats qui croisant les vocabulaires, assure la cohérence de l’ensemble.

 

Dès l’origine du projet j’ai prévu l’aménagement d’une place qui serait l’occasion d’élaborer la version architecturale d’une pièce de musique.

Un intérêt personnel pour la musique et particulièrement pour la musique contemporaine, m’avait permis, en effet, de mettre en évidence des analogies de structure entre la musique et l’architecture.

J’ai ainsi conçu cette place à partir du Répons de Pierre Boulez.

Dans cette œuvre, l’ensemble de musiciens est placé au centre de la salle tandis que des solistes en périphérie, sont reliés à un ordinateur qui transforme en temps réél le son des instruments. Composée de plans successifs de rythmes, de volumes, de séries, l’œuvre devient un labyrinthe paradoxal où l’organisation produit une apparence de spontanéité.

Au moment où je concevais cette place, j’ai découvert le travail d’Aïko Miyawaki.

Ses œuvres – et c’est une constante de la sculpture japonaise, ne se conçoivent pas en elles-mêmes et pour elles-mêmes mais sont indissociables de l’espace pour lequel elles ont été imaginées. Elles entrent en résonance avec ce lieu qui, lui-même, joue avec la sculpture.

Cette approche répondait si bien à mon travail que j’ai invité Aïko Miyawaki à concevoir une sculpture pour la place musicale.

Nom de l'opération :

Bron

Destination de l'ouvrage :

Logements familiaux

Maître d'ouvrage :

Nature de l'intervention :

Construction des logements et aménagement d’une place

Budget :

Année :

Tags :